AGERRIA ….suite….. au 25 Octobre 2020

Les affaires économiques demandent de la sérénité. Et c’est le cas depuis le début de l’année 2020 à Agerria avec la société Fraideak de Frederico De Sousa et son épouse Milia Lapeyre Venmans qui animent une équipe dynamique et professionnelle qui fait très plaisir à voir. Jusque-là, la SEM avait dû gérer l’activité en direct depuis son lancement et jusqu’à trouver un opérateur professionnel.

Nous déplorons cette gestion de la SEM Agerria sur la place publique alors même que l’assemblée générale des actionnaires n’a pas été réunie pour en parler et qu’elle est pourtant souveraine.

Et pensons aussi à un fournisseur, une banque, un client qui aurait une discussion avec la SEM et qui verrait l’objet de la discussion mis sur la place publique ! Il est à craindre que la SEM ne manque rapidement de partenaires en faisant de la sorte.

Pour corriger les points les plus importants qui nous sont reprochés à grand bruit :

  • Oui, nous avions demandé l’appui d’un mandataire pour renégocier les prêts bancaires et uniquement. Par expérience, c’est une solution efficace pour discuter sereinement de montants importants.
  • Non, la commune n’est pas caution du dernier prêt de 450 K€ fait par Agerria pour finir les travaux. Une caution se vote en conseil municipal et M. Labadot sait bien que nous n’avons jamais voté cela.
  • Fraideak a payé tous ses loyers depuis qu’elle exploite le fonds de commerce. 2000 € en janvier 2020 ou elle a démarré en cours de mois et 5 000 € tous les mois depuis, y compris tous les mois où le restaurant était fermé à cause du Covid. Donc à fin Juin par exemple, Fraideak a réglé 27 000 € de loyers à la SEM Agerria.

Ceci se trouve dans la facturation clients, puis dans la comptabilité et dans la compensation qui s’est faite entre la SEM et Fraideak au moment de la passation du fonds de commerce en location. Tous les documents juridiques, comptables, sociaux, fiscaux, ont été remis en bon ordre à M. le Maire le 15 Juillet, sous format papier et numérique.

  • Non, Fraideak n’a pas acheté le fonds en Janvier ou Février, et toute personne avertie dira qu’on ne crée pas une société, on n’immatricule pas une société, on ne constitue pas un dossier bancaire pour un prêt, et on n’obtient pas un accord de crédit d’une banque le tout en 2 mois de délai. L’assemblée générale de la SEM a donné son accord à Fraideak en Décembre dernier seulement. Sur ce, est arrivé la fermeture de 3 mois pour cause de Covid dès la mi-mars. Toutefois, début Juillet, Fraideak a écrit à M. le Président de la SEM pour dire être prêt à acheter le fonds de commerce, ayant les fonds nécessaires à disposition (300 000 €). La location gérance a été mise en place le temps de la finalisation du dossier de prêt et la signature devant notaire.

Reste à faire le diagnostic amiante, plomb etc…. pour que la SEM encaisse 300 000 € de cession du fonds de commerce.  M. Le Président se répand en disant que les caisses sont vides alors même qu’il ne facturait pas les loyers de location gérance et autres loyers agricoles, de cabanes etc….

Le fonctionnement et le financement d’une SEM ce n’est pas une dotation d’Etat qui tombe automatiquement tous les mois dans les comptes comme dans une commune, sans devoir s’en occuper.

  • Plus accessoire car on parle de 1 300 €, est cet incident avec la banque au sujet d’un impayé ENGIE et une difficulté à récupérer un chèque qui est perdu chez ce fournisseur. Quand le chèque incriminé sera récupéré, l’incident sera clos. En tous les cas, la SEM AGERRIA n’est pas « interdit bancaire » et le compte bancaire fonctionne en encaissements et en paiements ! C’est de la gestion d’incidents habituelle.
  • Quant à la dette, pour un bien de cette importance bien sûr il y en a une. Rappelons qu’il y a aussi 1 100 000 € de capitaux propres qui ont été apportés à ce projet par les collectivités et par les actionnaires privés, personnes et entreprises de Soule.

On retiendra enfin que les seules personnes qui font autorité en terme comptable et financier sont le commissaire aux comptes de la SEM d’un côté et l’expert-comptable de la SEM de l’autre côté, qui valident les comptes avant de les présenter à l’assemblée générale, et ce, année après année depuis 2010. Ce sont des professionnels assermentés, impartiaux et non partisans.

Nous avons proposé plusieurs fois de transmettre le dossier Agerria à la nouvelle équipe, sans aucune réponse ni même accusé de réception de notre proposition.

Pourtant, nous pensons que ceci aurait été bénéfique à tous car cette fin de non-recevoir :

  • N’a pas permis de transmettre quelques infos en particulier sur le fonctionnement des comptes bancaires en lien avec les négociations bancaires en cours. Les comptes fonctionnent mais si on n’a jamais pratiqué cela, cela peut être compliqué.
  • N’a pas permis de dire notre expérience des commissions de sécurité. Tous les propriétaires d’ERP (Etablissement Recevant du Public : Lycées, Collèges, Grands commerces, Hôtels etc…) savent qu’une commission de sécurité se prépare : Personne ne va au contrôle technique de son véhicule sans être passé par son garage auparavant pour faire une révision. Idem pour une commission de sécurité.

C’est ce que nous avions fait pour la commission de sécurité d’ouverture qui s’est tenu en Juillet 2017 où nous étions en plus assistés d’un coordonnateur sécurité dont c’est le métier. Ceci n’a pas été fait lors de la commission de sécurité de Septembre 2020.

Quant à la société Fraideak, qui a démarré courant Janvier, elle fonctionne très bien à ce que nous savons, et l’hôtel prouve toute sa pertinence avec un taux de remplissage conforme aux prévisions. C’est réellement l’image de Mauléon qui change à l’extérieur.

Le projet d’être labellisé maître restaurateur avance bien aussi. C’est un gage de qualité et de valorisation des productions agricoles locales.

Ensuite, pourquoi Agerria aurait continué sans bruit si nous avions continué à en assurer la gestion ? Simplement parce que l’évolution de la trésorerie, du niveau des capitaux propres et les comptes prévisionnels d’exploitation sont écrits pour les 5 ans à venir et nous montrent bien où nous allons.

Nous supposons que c’est sur un prévisionnel détaillé de la sorte que s’appuient les critiques qui nous sont faites.

Agerria est un projet ambitieux, qui demande du temps et un minimum de savoir-faire pour le mener à bout. C’est pourquoi la prévision est nécessaire mais nous n’avons pas pu le transmettre ni en discuter. Nous le regrettons bien.

Notre plan comportait principalement :

  • La renégociation des prêts bancaires pour baisser l’annuité de 180 000 € annuels à 120 000 € annuels avec des taux d’intérêts (qui ont beaucoup baissé) et des durées en cours de renégociation sur des bases raisonnables (Passer de 3.3 % par an sur 20 ans à 1.8 % par an sur 25 ans). Les discussions étaient en cours, avec une pause sur les remboursements en attendant. C’est ici que le mandataire a été mobilisé.
    • La cession du fonds de commerce à Fraideak pour 300 000 € et Fraideak a dit être prêt,
    • Un apport de 40 000 € annuels de la commune à la SEM,
    • La finalisation du projet Jauziak avec la Communauté d’Agglomération du Pays Basque dans la chapelle d’Agerria. Voir le document qui présente le projet.

C’est donc avec le plan ci-dessus que nous sommes entrés en discussion avec les banques.

On peut mettre en doute notre crédibilité ou nos compétences, mais nous avons « fait » et nous « faisons » des activités et des emplois en Soule depuis 35 ans.

Car c’est bien d’économie réelle dont nous parlons ici avec la SEM. C’est bien sûr plus simple de contrôler et commenter et beaucoup plus compliqué de faire dans ce monde-là.

L’expérience que nous avons de la création et le développement d’activités et d’emplois ne se décrète pas et est un atout très appréciable qui nous a servi à tous les stades du lancement du projet Agerria.

A titre personnel, avec une équipe très compétente, toutes les activités industrielles que nous avons créées et développées au sein du Groupe Artzainak proposent 170 emplois en Soule (qui n’est pourtant pas le lieu le plus propice à l’activité industrielle car loin des infrastructures) depuis 1985.

Pourtant des soucis et des difficultés dues aux crises diverses nous en avons vécus et résolus. On peut parler de la guerre du Golfe en 1991 et de la crise financière de 2008 avec la baisse de l’activité économique instantanée de 40 % et qui a mis 10 ans à revenir à son niveau antérieur, mais aussi des gros impayés clients, des renégociations de prêts avec les banques, des discussions avec les services fiscaux ou sociaux de l’Etat etc..

Et aucune des activités que nous avons créées et développées n’a déposé le bilan à ce jour et ce serait pareil pour Agerria.

  Enfin, et puisque nous avions déjà une indemnité d’élus, j’ai assumé la responsabilité complète de la SEM Agerria, y compris pénale, en tant que Président, sans prendre 1 € de salaire ou de dédommagement quelconque. Et de même pour les élus très motivés de notre équipe qui se sont fortement impliqués. Cela aussi est aisément vérifiable.

Si aujourd’hui la commune refuse d’investir 40 000 € par an dans ce projet, notre plan ne tient plus. On notera bien que c’est un investissement puisqu’au bout du projet, il y a la pleine propriété d’un actif majeur de la Soule comme l’est le Château de Libarrenx d’ailleurs !

Et pour compléter :

  • Il y a encore de l’immobilier encore vacant et du foncier exploitable à Agerria. Il faut s’en occuper, ce sont des revenus à venir,
  • Il faut prendre en compte les 20 000 € de fiscalité annuelle venant du lotissement d’Agerria que l’opération SEM nous a permis de faire car sinon ce foncier restait vierge de constructions,

Nous avions estimé, au regard de l’enjeu de l’accueil à Mauléon et de la disparition des 4 hôtels que comptait notre commune en 2000 encore, que la commune pouvait supporter d’apporter 40 000 € à la SEM dans laquelle elle est majoritaire.

Car :

  • 40 000 € c’est seulement 6 % du budget d’investissement annuel de la commune de Mauléon qui investit entre 600 000 € et 700 000 € tous les ans,
    • 40 000 € sont à mettre au regard des 90 000 € que la commune a mis par an pour payer l’investissement du trinquet alors que son fonctionnement (éclairage, ménage etc… ) est juste couvert par les locations des parties de pelote. Il faut rajouter la rénovation récente des toilettes, 15 ans après les travaux neufs, et les besoins d’entretien qui vont continuer à monter…
    • 40 000 € sont à mettre au regard des 30 000 € par an que la commune doit mettre sur 25 ans pour le Château de Libarrenx pour équilibrer les comptes car le locataire actuel, retenu après appel d’offre public, paye 33 600 € de loyer TTC alors que l’annuité du prêt est de 60 000 €. On rappellera utilement que ce projet, dont nous avons hérité, prévoyait 94 000 € de perception de loyer annuel dans ses prévisions.
    • 40 000 € c’est aussi à peu près le coût de l’indemnité supplémentaire annuelle que se sont votés les nouveaux élus, par rapport à l’indemnité que percevait notre équipe quand nous dirigions la commune. 

Agerria est un bel outil de développement, qui génère des emplois sur Mauléon et aussi une belle image, et nous redisons ici notre volonté de transmettre les choses, pour le bien de Mauléon et de la Soule.

Laisser un commentaire