Débat Xiberoko Botza

Débat Xiberoko Botza

 

 

Une campagne électorale est quelque chose de sérieux, qui engage le devenir d’une commune pour les 6 ans à venir, et les choses doivent être faites sérieusement également.

L’approximation, et les jeux d’acteurs ne sont pas possibles dans ce contexte-là.

 

Pourtant, le débat en basque qui s’est tenu à la radio Xiberoko Botza le 03 mars 2020 appelle nos plus vives critiques quand on sait que :

 

Un proche de l’un des candidats présent au débat est administrateur de la radio Xiberoko Botza et est même trésorier de cette association,
Lors de la prise de la date et heure du débat public le 07 février, il a été bien confirmé que les candidats allaient recevoir le programme du débat par mail,
Ne voyant pas arriver le programme promis et attendu, nous avons dû appeler le 03 mars à midi, inquiets de savoir si débat il y avait ou pas,
Le programme nous est transmis à 14 h, soit 5 heures avant le débat et nous apprenons que un candidat « proche » du trésorier de Xiberoko Botza l’a reçu lui 5 jours avant le débat !
Nous découvrons les sujets à débattre 5 heures avant le débat et aussi que le débat est public,
Nous découvrons aussi que le candidat au courant du programme bien avant nous a appelé ses partisans à venir au débat,


Sur le débat lui-même :

Nous nous posons sérieusement la question de savoir qui a choisi les sujets du débat puisque 2/3 de celui-ci a été consacré à Agerria et à l’Espadrille de Mauléon qui sont des sujets déjà publiquement votés et engagés et que la future équipe élue va récupérer pour les gérer,
Aucune place dans le déroulé du débat n’a été prévue pour les projets et perspectives 2020-2026 tracés par chacun des candidats à l’adresse des Mauléonais.
Les sujets imposés parlaient du passé.

Pour terminer, le programme du débat n’a pas été suivi : Le sujet développement durable a « sauté » et l’ordre des prises de paroles prévues n’ont pas été respecté.


Tous ces éléments récupérés au fur et à mesure, nous font écrire ce communiqué constitué des seuls faits et que chacun jugera.