Contexte, historique et dispositif Espadrille de « Mauléon »

Bien que maintes fois expliqué et communiqué, il est utile d’expliquer à nouveau aux Mauléonaises et aux Mauléonais le contexte et l’historique qui ont amené à la Maison de l’Espadrille.

Le contexte :

La question sur l’authenticité des produits achetés par le consommateur monte très fort depuis des années, et ce dernier vérifie de plus en plus les effets de son acte d’achat, en posant des questions sur la provenance des produits, sur les normes sociales et environnementales qui encadrent leur fabrication, sur la notion d’importation, etc..

La façon de répondre aux interrogations du consommateur relève du libre choix de l’entreprise qui produit absolument comme elle veut le faire. 

Mais le nom Espadrille étant intimement associé à Mauléon, et le territoire est venu à se pencher sur cette question car l’image de ce produit a des conséquences directes sur l’image de notre commune. 

L’historique :

Dans les années 1980, un syndicat local au leader bien connu a découvert, à Mauléon, un stock d’espadrilles chinoises et des semelles provenant du Portugal.

Avec force tracts, articles de journaux et manifestations, ce syndicat a dénoncé ces importations, a accusé les entreprises et les médias locaux de manipulation, a exigé l’arrêt immédiat des importations, a interpellé gouvernement et responsables divers…

Une abondante littérature (tracts de l’Union locale CGT, articles de « Les Nouvelles des Pyrénées Atlantiques » etc.) est en notre possession et disponible s’il était besoin d’étayer ces dires.

Dès 2000, et à l’invitation de la Communauté de Communes de Soule nouvellement créée, élus et entreprises se réunissent pour réfléchir au devenir de l’Espadrille tellement liée au nom de Mauléon.

Depuis 2004, plus de 40 réunions sont organisées entre la collectivité et les entreprises de l’espadrille.

Tout au long de la période, plusieurs actions sont financées par l’argent public comme des présentoirs à espadrille, un voyage d’étude à Laguiole, l’intervention d’un cabinet en protection des marques, le projet d’une collection collective avec prise en charge d’un styliste, le dépôt de la marque Mauléon à l’INPI etc.

De plus, associé à la marque « Mauléon », le cahier des charges de fabrication locale est discuté avec les entreprises et signé par 2 d’entr’elles.

Nous pouvons aussi rajouter le coût de promotion annuel de 12 000 € environ supporté par la commune de Mauléon pour organiser la fête de l’Espadrille du 15 Août.

2 entreprises locales participent à cette fête qui fait que cet événement perdure avec succès encore.

En 2016, certains fabricants souletins ont demandé à l’INPI (Institut National de la Propriété Industrielle) à obtenir l’Identification Géographique (IG) « Espadrille de Mauléon » incluant des semelles importées, et ils ont aussi publiquement annoncé qu’ils importaient ces semelles en majorité du Bengladesh.

La question de fond :


En fait la question de fond est double :

  • D’une part, voulons-nous, acceptons-nous, collectivement, que la marque publique « Mauléon » soit associée à des produits importés ou en partie importés ? 

Pour répondre à l’enquête publique de l’INPI qui a suivi cette demande d’IG, le conseil municipal de Mauléon s’est réuni le 05 Septembre 2016, a délibéré, et a refusé que le nom de Mauléon soit associé à des produits dont la semelle serait importée, par 14 voix contre et 8 abstentions. Il n’y a eu aucune voix pour accepter d’associer le nom de Mauléon à des semelles importées.

  • D’autre part, voulons-nous, collectivement, préserver l’image de Mauléon mais aussi les savoirs-faires de fabrication de l’espadrille à travers une démarche certifiée d’Identification Géographique qui les préservera avec une fabrication complète sous cahier des charges strict ? 

Le Conseil Communautaire de Soule a débattu et voté le projet de la Maison de l’Espadrille pour ce faire et pour démontrer au consommateur une fabrication certifiée locale.

En conclusion, nous avons un produit magnifique, qui a fait pleurer Mauléon lors de la débâcle industrielle des années 1980 à 2000, et qui va nous faire tous sourire, et en premier lieu toutes les entreprises d’espadrilles, qu’elles soient dans la démarche « Mauléon » ou pas.