La gazette communale 2021

Madame, Monsieur, Andere, jauna,Nous venons vous livrer des informations et notre analyse des 6 premiers mois de la gestion de la nouvelle municipalité, de manière factuelle et avec beaucoup d’interrogations tout de même.

Pas d’argent mais ……Après avoir unilatéralement décrété notre commune financièrement exsangue et surendettée (le Préfet tuteur des communes n’a jamais rien dit ou écrit à la commune au sujet des finances du temps de notre gestion), nous assistons à une augmentation conséquente de l’indemnité des élus qui est une décision qui coûte et ne rend aucun service à la collectivité, des recrutements de personnel, une prime de Noel, le vote d’une augmentation de la dette communale, une bourse aux migrants accueillis sur notre commune, etc. 

En effet, soit la commune était en difficulté et les dépenses précitées étaient impossible à engager, et il fallait même les diminuer, soit la commune était gérée normalement, de manière serrée et responsable et une gestion toute aussi serrée va permettre d’avoir quelques latitudes.

En fait, la réponse officielle existe, restée sous silence, c’est celle du Sous-Préfet lui-même, qui a répondu aux élus de la commission finances de la commune en été 2020 « qu’il n’y avait pas de sujet finances concernant Mauléon à la Préfecture ».

La crèche bascophone Xübükota : nous discutions avec cette crèche associative qui a besoin de s’agrandir pour qu’elle vienne s’installer à la place de l’ancienne sécurité sociale, en payant un loyer de 600 € par mois, et donc avec un revenu pour la commune, mais ce projet a été écarté par M. le Maire pour accueillir la  Croix Rouge locale. Nous sommes heureux pour la Croix Rouge, mais après analyse, le bâtiment dans lequel elle était logée va toujours rester en place, sans être démoli, alors même que sa toiture avait été rénovée l’an dernier. Nous avions un calendrier pour reloger la Croix Rouge sans urgence alors que la crèche est sous une injonction des services de la Protection Maternelle et Infantile du département pour un relogement. La langue basque attendra… !

Libarrenx 3 000 000 d’€ et Agerria 850 000 € : ces 2 chiffres parlent tout seul !

 3 millions d’€ d’argent public ont été investis à Libarrenx mais ceci n’est pas, ou n’est plus, un problème, bien que le budget communal doive venir en aide à Libarrenx à hauteur de 30 000 € tous les ans, alors que 850 000 € investis par les collectivités à Agerria est une énorme catastrophe ! La question au-delà des montants en jeu est de savoir si nous souhaitons que le bassin de vie Mauléon reste attractif pour le tourisme et pour l’économie locale. Si la réponse est oui, alors Agerria est un outil important. Et quand il y a carence du privé, c’est de la responsabilité des élus d’équiper le bassin de vie ! Nous avons vu disparaitre les 4 hôtels de la commune mais aussi 50% des lits hôteliers en Soule depuis 2000, alors ne laissons pas s’éteindre notre seul et unique hôtel, source d’attrait touristique, d’image positive etc.

Faute de gestion à Agerria avec un dépôt de bilan « politique » et apparemment une commune sans aucune solution bien qu’elle soit caution des prêts de la SEM puisqu’elle en est majoritaire !

Devant les carences du Président de la Sem, sans prévisionnel d’exploitation, les administrateurs de la Sem venant du monde de l’entreprise ont voté la seule solution pour qu’Agerria soit normalement géré !  

Beaucoup de mensonges publics ont été communiqués comme le fait que les locataires

gérants ne paient pas le loyer (ce qui est absolument faux), qu’il faut 1 000 000 d’€ de cash pour Agerria, mais ensuite aussi etc… alors que, attestation de l’expert-comptable à l’appui, le plan de développement d’Agerria prévoyait 40 000 € de besoin par an (à mettre en regard des 40 000 € annuels d’indemnité supplémentaire prise par les élus actuels, des 30 000 € annuels nécessaires au Château de Libarrenx, des 90 000 € annuels pour le trinquet de Mauléon, des…).

Après avoir créé cet hôtel sous maîtrise publique (et à Agerria, l’hôtellerie n’est qu’un des aspects du projet), la commune s’en désengage sans aucune perspective de rechange, avec un risque financier important et laissant une carence grave dans l’équipement du territoire.

La commune est maintenant équipée de panneaux de rue bilingues et toutes les maisons de la commune ont un numéro et une adresse précise. La distribution des numéros des maisons et l’installation des numéros de rue que nous avions commandés vient d’être faite et nous sommes heureux que la municipalité actuelle n’ait pas jugé nécessaire de supprimer ce projet qui a pris 2 ans de travail d’instruction et de mise au point à la municipalité précédente. Merci M. le Maire.

Nous avons monté le projet de terrain synthétique avec et grâce aux compétences de la Directrice des Services de la commune ainsi que du Directeur des Services techniques, pour un dossier d’étude et de financement de 18 mois qui était complexe (visites de stades rénovés, consultation des présidents du rugby et du foot, écriture cahier des charges de l’appel d’offre, étude technique, recherche de financeurs, préparation de l’appel d’offre etc…) et dont l’équipe arrivante n’a eu qu’à lancer l’appel d’offre. Or ces compétences ne sont plus là car les agents ont démissionné !

Illustration immédiate de la perte de compétence : Quelle est la situation de ce projet à ce jour, avec l’entreprise qui a quitté le chantier en le laissant en plan ? Le chantier de la pelouse est arrêté en cours de travaux depuis le 14 janvier par une injonction du Tribunal ! C’est sûrement que quelque chose de grave s’est passé car si les choses avaient été faites normalement et légalement, il n’y aurait pas eu cette injonction.

Dans ce même dossier, la commission d’Appel d’Offre constituée des élus de la majorité et de l’opposition avait été annulée 2 mn avant l’heure, avec les élus sur place, pour une décision « entre-soi » pensons-nous !

Espérons pour le SAM Foot et tous les jeunes qui attendent ce beau projet, que cet arrêt du chantier ne dure pas trop longtemps et n’handicapera pas le club.

 

Sens uniques :

Nous avions une politique de développement de la mobilité douce, en privilégiant les déplacements à pied et à vélo en centre-ville.

Cette politique est importante pour reconquérir l’habitat ancien du centre-ville et pour maintenir le commerce. Pour ce faire, nous avions instauré le nouveau sens de circulation après 18 mois de travail, de nombreuses réunions publiques, de tests dans les rues en provisoire, en prenant toutes les remarques etc…. et en avançant sur la pointe des pieds car le sujet est sensible bien sûr.

Ce lourd travail de concertation et technique venait à la suite de 30 ans d’indécision dans ce dossier, des nuisances très importantes à la rue Victor-Hugo et des commerces qui abandonnaient la rue.

Et nous avions commencé à investir pour bien équiper ces sens uniques : voir l’exemple du pont des Galeries. Le seul handicap à noter c’est le km (1.1 km exactement) de plus pour le trajet PMU/Collège St François pour les voitures dans le sens Mauléon Chéraute (et non pas 2 km comme il est dit publiquement).

Les conséquences de la nouvelle règlementation qui s’impose à toutes les communes de France et qui demande des trottoirs normaux de 1,40 m pour la circulation de tous et en particulier des personnes à mobilité réduite et des poussettes pour enfant ET une piste cyclable (Article L228-2) n’ont pas été anticipées. Le pont du collège (6.76 m) est de même largeur que le pont des Galeries et chacun peut se rendre compte de la latitude que nous avons. Quant à faire une passerelle extérieure, les berges sont privées côté Ouest et donc comment est-ce possible ? Enfin, pour les commerces, advienne que pourra alors que c’est un point très sensible et qu’aucune réunion préparatoire et technique n’a été faite avec les commerçants.

Et quand on sait que la commune a demandé la réglementation concernant les ponts à la DDTM après le résultat du sondage, nous voyons bien la totale impréparation dans cette affaire.

Enfin que dire d’un sondage/référendum dont on sait que qui voulait pouvait voter, même hors de Mauléon. Tout le canton pouvait s’exprimer (10 000 habitants), puisque Mauléon est le centre de tous les services, et il y a même eu des votes hors canton !  Au final, 1 000 votes paraissent bien insuffisants pour prendre cette décision !

Braderie de terrains communaux :

Il a été voté la baisse du prix des lots du lotissement Agerria alors qu’il n’en reste plus que 2 à vendre. Nous avons voté contre ! Pourquoi donc perdre 10 à 15 000 € de recettes pour la commune sur ces 2 lots ? Cela va à l’encontre du discours qui dit que la commune a besoin d’argent ! Et pourquoi cette différence de traitement avec les 10 autres résidents du lotissement qui apprécieront sûrement !

Pour rappel, le lotissement s’est fait uniquement parce que la SEM Agerria s’est constituée et a pu acquérir ces terrains que les frères d’Agerria ne voulaient pas vendre, et retenons que ce lotissement de 12 lots rapportera à la commune environ 20 000 € de fiscalité annuelle !

Le dernier conseil municipal nous a aussi appris que le terrain de la seconde tranche du lotissement serait en bonne voie d’être vendu, et ceci sans communication publique comme doit le faire une commune. Ou alors est-ce que ce terrain va aussi être bradé ? Nous entendons qu’il serait fait des logements sociaux. Or, Nexity n’est pas un bailleur social, mais un promoteur dont l’objectif est de construire, de vendre et de partir ! Et pourquoi a-t-il laissé son projet de la Haute-Ville qu’il communique encore sur son site Web ? Nous demandons que tous les éléments soient publics. 

Largement passé sous silence aussi est ce jugement du Tribunal Administratif de Pau qui dit par écrit que les diffamations publiques de l’Union Citoyenne, qui affirmaient que M. Lamirand et M. Etchebest avait été « multi condamnés », étaient des « affirmations mensongères ».  C’est ce que nous dénonçons.

 

Les entreprises « obligées de payer » par la commune !

La municipalité actuelle vient d’écrire aux entreprises et commerces locaux pour leur demander de réserver un bon accueil au démarcheur publicitaire qu’elle leur envoie ! Que penser de cette initiative dans cette période ou les difficultés sont notoires et que les chefs d’entreprises se battent pour simplement survivre et tenter de maintenir leur activité et l’emploi ?  Et que penser de cette « prise en otage » ? Comment imaginer que celui qui ne paye pas ne sera pas mis à l’index comme c’est déjà le cas pour certains commerçants ! ?

Il faut aussi savoir que sur la somme payée par l’annonceur, une commission va être reversée directement à la commune et que le restant seulement va servir à payer l’impression du document qui est faite à Aix en Provence suivant ce qu’a annoncé le démarcheur.

Nous avons toujours refusé que la commune cautionne des démarcheurs publicitaires.

Et que dire de ce bulletin municipal qui est le nouveau journal de l’Union Citoyenne ! On y mélange allègrement les affaires de l’Union Citoyenne avec celles de la vie municipale, on cite sans vergogne des personnes pour les critiquer, on affirme et répète des « affirmations mensongères », on commente à sens unique sans contradiction etc.

Les Mauléonais demandent une information objective et factuelle. Ils sont bien assez avertis et adultes pour se faire leurs propres commentaires ensuite.

Prochain cluster Covid à la mairie ?   Concernant l’exemplarité des élus obligatoire dans ce combat contre la maladie, comment qualifier cette invitation à « … Une réunion de travail entre élus et employés municipaux au Château de Libarrenx à 18 h 30 vendredi soir » appuyée par une explication rapide en conseil municipal qui nous dit que ce seront en réalité les vœux entre élus et agents ?

La puissance publique organise un rassemblement de 50 personnes en maquillant la vérité et en plein couvre-feu ! Quel exemple et quelle solidarité avec les activités économiques qui souffrent durement, moralement et économiquement et qui attendent que le Covid reflue pour recommencer à travailler ! Et que dire de l’inquiétude de nos soignants et de l’hôpital ! Nous avons décidé de ne pas être présents et de dénoncer cette attitude irresponsable.

 

Pour l’instant nous assistons au détricotage systématique de 12 ans de travail acharné (en plaisantant, il va rester à démonter une à une les pierres du Château Fort 😊).

Mais une fois passée la période de dénigrement, qui n’a pas du tout été notre façon de faire lorsque nous sommes arrivés à la gestion en 2008, nous attendons le « projet communal », et les propositions de la municipalité en place pour la dynamique locale.

L’indicateur qui montre la vitalité de notre territoire de montagne est la démographie. C’est un sujet très sensible en Soule et qui a des conséquences directes sur les finances communales.

Après 70 ans de baisse continue, et après 12 ans de travail, nous avions renversé la tendance démographique pour notre part et c’est le fruit d’un travail patient de dynamisation au service d’une vision d’avenir. Mais cette conquête est très fragile et demande une dynamique et des projets pour se maintenir.

Nous restons aussi vigilants à l’image que renvoie Mauléon à l’extérieur et les premières remarques qui remontent de la Communauté d’Agglomération concernant notre commune nous affligent !

Nous vous souhaitons à toutes et à tous une très bonne année 2021, en espérant que nous vaincrons collectivement la Covid et que la vie pourra reprendre son cours…. sans masque et sans malade et…. sans « affirmations mensongères » ! Meilleurs vœux à toutes et à tous.

Agir ensemble pour Mauléon

Laisser un commentaire