Une gestion financière sérieuse de 2008 à 2020

Le projet municipal que nous avons mené a été celui d’un investissement soutenu sur tous les leviers permettant de redonner de l’attractivité à notre commune et ainsi inverser la courbe démographique.

Et nous y sommes parvenus (+ 3 % de population au comptage physique INSEE entre 2014 et 2019 ce qui est historique des 70 dernières années de Mauléon-Licharre).

Donc concernant la gestion communale :

  • En plus du soutien résolu à nos associations, l’investissement a été soutenu durant 12 ans (environ 8 millions d’€ de travaux réalisés ), avec l’embellissement général, de gros travaux de voirie,  la réhabilitation totale du Château Fort, la création d’un hôtel par manque d’initiative privée (qui marche fort maintenant), la détection et l’encouragement de petits investisseurs privés pour l’habitat, le très gros investissement dans l’hôpital local, de l’investissement de  l’abattoir, le complexe multisportif entièrement rénové, le réseau de chaleur du stade etc… :
    • Pour mémoire, en 2019, ont été investis par notre commune : Matériel divers pour 246 000 € (dont Balayeuse 125 000 €, Eclairage public et mobilier urbain 35 000 €), Bâtiments communaux et terrains de sport pour 120 000 €, Voirie pour 285 000 €, Dernière tranche Château Fort pour 179 000 € etc.

Soit un total investi par la commune de Mauléon de 830 000 € en 2019.

  • A noter le changement qui est maintenant l’investissement soutenu du privé dans l’habitat avec la livraison de 28 logements en 2020 par exemple, réhabilités dans des bâtis vides et abandonnés de la commune,
  • Le budget de fonctionnement a été géré de façon très rigoureuse en parallèle puisque les charges de fonctionnement n’ont augmenté que de 3.2 % entre 2008 et 2018, pour dégager un excédent de fonctionnement permettant d’investir précisément ;
  • Notre décision a été de maintenir la dette communale au même niveau de 2008 à 2020 (pour continuer à investir suivant notre projet) et dans un ratio raisonnable d’environ 10 années de capacité de désendettement,
  • Enfin, nous nous sommes également contraints à augmenter les taux d’imposition moins rapidement que l’inflation sur les 12 ans écoulées,

Concernant la problématique « Libarrenx », pour rappel, ce projet a été lancé par nos prédécesseurs, avec, un loyer prévisionnel de 94 000 € annuels que l’activité n’a jamais permis d’atteindre.

Sans nous en prendre à quiconque nous avons géré la situation, en n’encaissant que la moitié du loyer prévus par le plan étudié, et le loyer manquant va être provisionné. Ceci est une charge exceptionnelle et ponctuelle qui ne met pas en cause les équilibres budgétaires structurels de la commune.

  • Cela va momentanément dégrader le ratio de désendettement de la commune, mais dès 2023 nous revenons à 10 années de capacité de désendettement et ce de manière durable, comme sur les 12 années écoulées,
    • Mais sur cette question du Château de Libarrenx, on ne doit pas oublier la dimension bilantielle qui est que face à une dette en cours de remboursement de 800 000 € actuellement (1 200 000 € au départ), et qui baisse donc tous les ans, le Château de Libarrenx est estimé à 1 300 000 € par les experts fonciers que nous avons mandatés en 1999.

Il faut rappeler que nous y avons fait 3 000 000 € de travaux terminés en début 2010, sur une propriété de la commune qui avait elle-même une valeur certaine en l’état, ne serait-ce que de par la qualité du site.

En clair, si la commune désirait vendre Libarrenx, elle pourrait espérer une plus-value de 500 000 €.

La question de la provision à passer se pose pour nous puisque la valeur intrinsèque du bien est supérieure à la dette qui le finance : On constate un enrichissement au bilan mais une provision sur le compte d’exploitation ? ! C’est la discussion que nous avions avec Mme la perceptrice : On ne peut parler de la dette si on ne parle pas de la propriété qu’elle finance.

Concernant la perspective sur les années à venir maintenant :

  • La trajectoire financière est donc que dès 2023 la commune revient à un ratio de désendettement de 10 années et ce d’autant plus que :L’inversion de la courbe démographique avec 3 % d’augmentation de la population a une incidence positive sur la Dotation Forfaitaire et la DSR qui va augmenter de 10 000 € à 15 000 € par an à partir de 2021,La fiscalité, avec le parc de logements qui augmente mais aussi avec l’augmentation annuelle des bases (qui est une décision de l’Etat), qui se justifie maintenant avec une commune redevenue attractive, nous amène environ 30 000 € de fiscalité annuelle supplémentaire,Attention toutefois à gérer nos ressources au mieux et à ne pas les consommer en fonctionnement (Augmentation indemnité des élus qui vient d’être votée, recrutement de personnel supplémentaire, autres charges de fonctionnement, etc…) car alors, les équilibres sont rompus et les ratios ne tiendront plus.
    • Concernant la dette de 4 M€ au même niveau depuis 2008 :
      • Soit elle est maintenue à ce niveau à l’avenir, dans le cas où l’investissement resterait soutenu à un niveau de 700 000 € par an en moyenne et cela va encore faire monter l’attractivité de notre commune (mais il est bon de rappeler que beaucoup a déjà été fait en 12 ans).

Notre projet était de continuer dans ce rythme d’investissement. Dans ce budget d’investissement, le soutien à la SEM Agerria était prévu à hauteur de 40 K€ par an soit 6 % du budget d’investissement annuel de la commune pour détenir à terme la propriété d’un site de référence de notre vallée.

  • Soit cette dette est gérée à la baisse : Il est très facile de baisser la dette de la commune : Plutôt que faire 700 000 € d’investissements par an, on en fait 650 000 € et la dette baisse de 50 000 € par an.

Mais il faut mesurer l’intérêt de cette décision car les taux d’intérêts sont très bas actuellement.

Notre projet pour Mauléon s’appuie sur cette analyse et nos décisions de gestion financières en découlent. Chacun se fera son opinion.

Surtout, la gestion financière est une compétence nécessaire en particulier si le projet de développement de la commune prévoit de poursuivre une politique d’investissement soutenu.

Quant à l’exercice de comparer Mauléon avec des communes de même taille, plusieurs remarques car on peut comparer les chiffres de commune de même niveau de population mais ceci ne dit pas :

  • Si la commune est un bourg centre ?  Car alors elle porte alors le poids de la centralité et de tous les services qui coutent à une commune centre : Exemple récent, le collège Argia est de compétence départementale, mais la commune a dû investir 50 000 € pour en sécuriser l’accès…Une commune périphérique comme Coarraze Nay ou Bardos, Arcangues ou bien Chéraute ou Viodos chez nous par exemple ne supporte aucune de ces charges.
    • Quelles sont les compétences exercées en propres ? On sait qu’elles sont différentes d’une commune à une autre.
    • Quel est l’étendue du patrimoine à entretenir : Château Fort comme à Mauléon, mais aussi complexe sportif très important, longueur de voirie, voirie de montagne ou de plaine etc… …
    • Dans quel état d’entretien est-ce patrimoine ? Si on n’entretient qu’un peu, ou pas du tout…. les charges baissent et la dette aussi mécaniquement ! Fallait-il entretenir le château fort par exemple, ou demain la place de la Haute-Ville ?
    • Quelle est la trajectoire démographique : Si la population baisse = moins de recettes mais obligations du niveau de service à la population si on veut la maintenir, ou bien en hausse de population et donc ressources supplémentaires ?
    • Quelles sont les ressources par habitant (constituée de la Dotation de l’Etat, de la fiscalité entreprises, de la fiscalité des particuliers (quels taux ?), produits de la forêt, grosse hydroélectricité etc.) : Par exemple Mauléon perçoit 875 € de ressources par habitant alors qu’Arudy a 1 330 € de ressources par habitant (avec 976 ha de forêt communale qui génère des recettes de coupes de bois annuelles importantes) … et a pourtant la même dette par habitant que Mauléon ! !
    • Quel est le niveau de subventions versées aux associations, le niveau des indemnités d’élus…
    • Etc., etc.

Les chiffres comme on le sait peuvent exprimer beaucoup de choses suivant de quel angle on les regarde.

Notre choix délibéré et assumé, c’est-à-dire notre politique, a été de faire beaucoup d’investissements pour donner de l’élan à notre commune en limitant le recours à l’impôt des Mauléonais et en restant dans un endettement raisonnable au regard des capacités communales.

Les 4 sous-préfets qui se sont succédés ont entendu et validé notre discours permanent et l’Etat qui nous contrôle n’ait rien eu à redire pendant les 12 ans écoulés.

Nous sommes à votre disposition pour toutes questions bien sûr.